Ce que l’on voit de mon jardin

De-mon-jardin

Quelle joie de pouvoir chaque jour admirer
Cette verte nature en tableaux colorés,
Ce grand panorama étalé dans l’espace,
Ces larges horizons que le regard embrasse
Qui, partant à l’orient du Saint Barthélemy,
Dépasse à l’occident le haut Pic du Midi
Et joint, à travers les hauteurs vallonnées,
Mon modeste jardin aux grandes Pyrénées !

La vue plonge d’abord jusqu’au petit ruisseau
Coulant là-bas caché en un secret berceau
Que trahit le trait vert d’une haie naturelle
D’arbres et d’arbrisseaux placés en ribambelle,
Puis monte à travers champs, bois, prairies, guérets,
Gravissant les coteaux, traversant les forêts.
Puis encore un vallon et une autre colline
Et d’autres lointaines qu’à peine l’on devine.
Les crêtes recouvertes de leur verte toison
Forment un enchaînement de petits horizons
Et moutonnent ainsi jusqu’à perte de vue,
Ondoyantes vagues d’une mer suspendue.

Sortant des frondaisons on aperçoit parfois
Les tours d’un châtelet surmontées d’une croix,
Quelques fermes isolées, le clocher d’une église
Aux calmes carillons apportés par la brise,
Et ces quelque logis humanisent l’endroit.
L’ocre brun des guérets, les tuiles rouges des toits,
Le vert profond des bois, le vert vif des pâtures
Forme avec les couleurs des champs une peinture
Idéale et naïve, inclinant au repos.
Tout est calme à l’instar des placides troupeaux
Paissant paisiblement le long des vertes pentes ;
La sereine nature entière nous enchante.

Mais au-dessus des champs, des prés et des forêts,
S’arrête la douceur et soudain apparaît,
Remplaçant tout à coup l’ambiance pastorale,
D’orgueilleuses cimes, géantes colossales,
Royaume des vents, de la neige et du roc
Et ce contraste crée un véritable choc !
Notre âme se nourrit lorsque nos yeux contemplent
Cette vue de grandeur, large, libre et ample
Découvrant, éblouis, ces monts audacieux,
Sublime couronne de sommets glorieux,
Jaillissant de l’écrin de la douce campagne,
La chaîne des hauts pics, le rempart de l’Espagne !

                                 Arnaud – Octobre 2012

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.