La forêt magique

 

Automne en foret de Montmorency

Viens, marchons d’un pas vif dans la forêt profonde !
Humons cette fraîcheur humide du matin ;
Suivons le clair sentier qui monte et vagabonde
Parmi les fûts puissants des odorants sapins !
Le sous-bois est empli d’une brume légère,
Flottant, fantomatique, à l’entour des hauts troncs
Qui filtrent du soleil les flèches de lumière
Créant un féerique éventail de rayons.
Ces bois semblent déserts et cependant palpitent
D’une abondante vie et l’on perçoit non loin,
Au sein des verts fourrés que tout un monde habite,
Le poids de longs regards d’invisibles témoins.
Un oiseau nous surprend par son battement d’ailes,
On entend tout là-bas d’un bûcheron les coups,
Le murmure du vent parmi les tiges frêles
Ou bien l’écho lointain du doux chant du coucou.
Certains sons font penser à des voix étouffées ;
On s’attend presque à voir dans le bois silencieux
Paraître des lutins, des sylphes et des fées
Ou les elfes des contes anciens et merveilleux.
Saluons les grands arbres élancés et sublimes,
Demeures des dévas lumineux et sacrés,
Entrons dans l’harmonie de cette ambiance intime,
Toute emplie de mystère, et de profond secret.
Ô magique forêt, ô divine Nature,
Nous nous fondons en toi et tes bois enchanteurs,
Où la vie demeurée belle, innocente et pure,
Vient abreuver notre âme et charmer notre cœur.

Arnaud Jonquet  mars 2008

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.