L’émerveillement

Quand au printemps la neige au soleil illumine
Les pics pyrénéens majestueusement,
Ils semblent revêtus du royal ornement
D’ un scintillant manteau en fourrure d’hermine.

Contemplez un moment cette vue de splendeur,
Le blanc étincelant de ce vaste royaume,
Cet océan figé de cimes et de dômes,
Monde de pureté, de beauté, de grandeur !

Chaîne des Pyrénées, ô puissantes montagnes,
On croirait voir grossir vos sommets opulents
Quand l’hiver couvre de ce grand paletot blanc
Vos pics fiers et altiers régnant sur les campagnes !

Quand nous vînmes au pays infiniment nous plut
Cette ample chaîne que chaque jour l’on admire,
Et nous fûmes étonnés souvent d’entendre dire :
« Moi qui suis d’ici, je ne la regarde plus.»

On s’habitue à tout, même aux plus belles choses,
La furtive routine sur nos yeux maintient
Son voile cachant tout, hormis le quotidien,
Et l’on ne voit plus rien, ne serait-ce qu’une rose.

Combien d’entre nous vont et croisent, inconscients,
Les beautés de la vie que leurs regards ignorent,
Le rire d’un enfant, la grâce d’une aurore
Dont les nimbes dorés se déploient à l’orient.

Que nos yeux chaque jour s’ouvrent neufs et s’étonnent
D’un univers, d’un monde aux multiples splendeurs
Et que, des galaxies jusqu’à la moindre fleur,
Ils sachent admirer ce qui nous environne !

La beauté fait naître l’amour dans notre cœur ;
Que l’émerveillement soit notre nourriture
Et l’enthousiasme notre seconde nature
Car Amour et Joie sont les piliers du bonheur !

Arnaud Jonquet mars 2018

2 thoughts on “L’émerveillement

  1. Comme toujours ces poèmes inspirent tout en nous rappelant le sens de chaque chose.
    Merci Arnaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.