Bébés endormis

 

On aime à se pencher sur un doux berceau blanc,
Nid sacré où l’enfant un moment se repose,
On s’attendrit devant le mystère troublant
De cet ange endormi dans les lys et les roses.
Retourne-t-il en rêve au royaume des cieux ?
Ses lèvres, où parfois glisse un sourire gracieux,
Ont l’exquise fraîcheur des fleurs à peine écloses.

Où peut-on admirer spectacle plus charmant ?
De ces bébés si purs sort comme une lumière
Qui les entourent alors qu’ils rêvent en dormant ;
On s’approche du lit comme d’un sanctuaire,
Marchant à pas de loup pour préserver la paix
De cette âme envolée et aussi par respect
Pour cette pureté qui semble une prière.

On n’entend même pas son souffle si léger
Au point que sa maman pour un instant s’inquiète
Puis se calme en voyant ses petits doigts bouger ;
A qui fait-il un signe au-dessus de sa tête ?
Toute la maisonnée préserve son repos
Et un doigt sur la bouche interdit tout propos
Qui pourrait déranger cette envolée secrète.

Ces anges, voyez-vous, doivent dormir souvent
Car leur fragile vie alterne entre deux mondes
Notre terre et, là-haut, l’univers émouvant
Des cieux où, chérubins, souvent ils vagabondent.
Passant du monde obscur au séjour merveilleux,
Ils jouent et rient avec tous les êtres radieux
Qui, invisibles, peuplent la voûte profonde.

Adorables bébés qui rapportez des cieux
Dans vos rêves dorés cette fraîche innocence,
Sources claires dont le jaillissement précieux
Purifie, grâce à Dieu, nos cœurs en abondance,
Vous êtes à nos hivers d’éternels printemps
Et qui veut résister à l’usure du temps
Devra boire à votre fontaine de jouvence.

Arnaud Jonquet janvier 2005

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.