La dame et le chameau

mégère             chameau

Du Tribunal un rien peut vous rendre passible,
Comme cet homme pour un malencontreux mot
A une mégère quelque peu irascible
Qui n’apprécia pas le surnom de « Chameau ».

Le juge, patelin, à ce monsieur explique
Que la loi interdit, ce n’est pas un vain mot,
De traiter quiconque de façon ironique
En lui attribuant certains noms d’animaux.

Cette limpide affaire est jugée sans ambages.
Le prévenu bien sûr, ainsi qu’on s’y attend,
Se trouve évidemment condamné pour outrage
A payer du procès les frais et les dépens.

Apercevant de loin le coup d’œil de victoire
Que vers lui la plaignante lance insolemment,
Avant que l’audience n’ait quitté le prétoire,
Au juge il s’adresse, demandant poliment :

« Votre Honneur, j’ai compris et la loi est formelle,
Qu’il ne faut jamais dire à une dame : « Chameau »
Car c’est inconvenant. Mais la loi défend-t-elle
Que l’on puisse dire « Madame » à un chameau ?

Le juge surpris par cette étrange demande,
Hésite, réfléchit, et lui répond alors :
« Je ne vois dans ce cas ni faute ni amende
Puisque envers personne vous ne créer de tort ».

« Je vous remercie bien Monsieur le Magistrat.»
Lui répond notre homme qui, souriant et calme,
Vers la plaignante, tout en s’inclinant bien bas,
Lance triomphalement: « Au revoir, Madame ! »

Arnaud Jonquet août 2016

One thought on “La dame et le chameau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.