La poésie

37 plume

Les poèmes souvent semblent bien peu de chose ;
Vagues rêves éthérés, futiles et gracieux,
Paroles qui s’envolent de nos cœurs oublieux,
Jolis mots éphémères où l’on parle de roses…

Mais la vraie poésie goutte à goutte dépose
En ton âme assoiffée un remède précieux,
Comme d’un alambic l’élixir délicieux
Que tu savoures en toi toute paupière close.

Elle t’inspire et te berce au son de sa musique,
Touche ton moi profond de son fluide magique,
Pierre philosophale aux effets prodigieux ;

C’est un ange enchanteur qui t’invite au voyage,
T’élève de son aile au-dessus des nuages
Jusque dans l’azur où le soleil est radieux.

Arnaud Jonquet  novembre 2006

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.