La rose

la-rose

On s’incline vers toi avec humilité
Pour humer, les yeux clos, ta sublime fragrance,
De même qu’en hommage à la pure beauté
Se penche un amoureux, faisant la révérence.

Fusant hors de l’écrin de son calice vert,
Le bouquet des pétales épanouit sa corolle
Ressemblant un instant au jaillissement clair
Des ailes déployées de l’oiseau qui s’envole.

Fleur étincelante dans toutes ses couleurs,
Rouge, jaune, blanche, toute unie ou diaprée,
Ton radieux éclat semble de l’intérieur
Venir d’une lueur vaporeuse et sacrée.

Tes pétales, un à un, se déploient en s’ouvrant
Mais jamais on ne voit le vrai cœur d’une rose
Car toujours de nouveaux petits en se serrant
Autour de l’ombilic mystérieux s’interposent.

Ô danse des sept voiles, immobile pourtant,
De la déesse Isis symbole magnifique,
Révélant ta splendeur et ton charme éclatant –
Effeuillage mêlé de réserve pudique !

Ton pétale est plus doux que la joue d’un enfant.
En robe de lumière, irisée d’opaline,
Tu sembles une princesse au sacre triomphant
Comme un enchantement de grâce féminine.

Si peu qu’on effleure, comme en un baise main,
Tes pétales émouvants qu’un prodigieux arôme
Plus pur que le lilas, plus doux que le jasmin,
Puissant et délicieux, magiquement embaume !

Ô céleste parfum, subtil et enivrant,
Qu’on hume longuement au-dessus de ton vase,
Exquise émanation qui tout entier vous prend,
Vertige langoureux qui confine à l’extase !

Plus encor que tes sœurs le lys et le lotus,
Tu es, reine des fleurs, le merveilleux emblème,
Venu de la lointaine et charmante Vénus,
De la pure beauté et de l’amour suprême.

On entre à ton contact en un monde enchanté ;
Comme lorsque l’on voit de hautes et blanches cimes,
Le soleil au lever, l’étoile au ciel d’été,
Qu’on entend les accents de musiques sublimes.

Tu es comme une porte ouvrant sur l’absolu,
Sur la perfection des mondes invisibles,
Univers de beauté d’où nous sommes exclus,
Qui exaltent nos âmes en émois indicibles.

Tu es sur la terre messagère des cieux,
Éternelle beauté qui toujours nous fascine.
Ô Humains admirez l’être le plus gracieux :
La rose parfumée est une fleur divine !

Arnaud Jonquet  juillet 2012

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.