Le cheval de Troie 3/8. La ruse d’Ulysse

Depuis dix ans déjà, la grande armée des Grecs
Encor aux pieds de Troie est tenue en échec !
Une décade que, près de la mer Egée,
La haute citadelle se voit assiégée !
Malgré tous leurs efforts les Grecs n’ont pu, hélas,
Rendre sa belle épouse au prince Ménélas,
Tant les Troyens montrèrent d’héroïque bravoure
A défendre Ilion et les remparts qui l’entourent.
Catapultes et balistes y ont fait quelques trous
Mais la forteresse se tient encor debout !
Sans vainqueurs ni vaincus, les combats se poursuivent ;
Les Grecs, obstinément, lancent des offensives
Sans jamais parvenir à franchir ces remparts
Et peu à peu commencent à perdre tout espoir.

« Puisqu’à notre pouvoir la cité se refuse,
Abandonnons la force et usons de la ruse ! »
A ses pairs du Conseil déclare l’un des rois.
Cet homme, roi d’Ithaque, auteur de maints exploits
Et habile marin, ayant pour nom Ulysse,
Etait très renommé pour sa grande malice.
« Oui, nous réussirons ! Voici quel est mon plan. »
Pendant que Séléné monte son disque blanc
Haut dans la nuit, Ulysse donc explique au concile
Dans les moindres détails son projet fort habile.
Son plan est adopté et le matin suivant
Voit, laissant leurs armes, de nombreux combattants,
Plus hardis maintenant que l’espoir les regagne,
Atteindre les forêts qui couvrent la montagne
Où ils abattent avec des haches en airain
Une formidable quantité de sapins.

( à suivre)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.