Les 12 travaux d’Hercule 6/12 Le taureau de Crète et 7/12 Les écuries d’Augias

6. Le taureau de Crète

Dès son retour le prince confie au héros
Une mission nouvelle et vers l’île de Crète
L’envoie pour capturer un célèbre taureau.
D’après la légende, cette superbe bête,
Magiquement parue en un céleste don
Fait au roi de Crète sur sa propre demande,
Fut sortie des flots par le dieu Poséidon.
Ce roi, Minos, devait sacrifier en offrande
Pour le dieu de la mer l’animal merveilleux.
Mais Minos trouva la créature si belle
Qu’il lui substitua, au grand courroux du dieu,
Une autre victime plus modeste et plus frêle.
Poséidon devant un geste si odieux
Fit de cet animal auparavant paisible
Un véritable fauve, indomptable et furieux
Et qui créait partout des ravages terribles.
Une nouvelle fois, un travail éprouvant
Imposé au héros selon l’ordre du prince
Exigea du champion qu’il capture vivant
L’infernal taureau dévastant la province.
Hercule le recherche et dès qu’il apparaît
Fond sur lui et empoigne ses cornes puissantes,
Le contraint par la force à plier les jarrets
Malgré tous les efforts de la bête écumante.
Puis il l’enserre dans un immense filet,
La charge sur son dos selon son habitude
Et, traversant les flots, il revient au palais
Pour d’autres épreuves, peut-être encor plus rudes.

Dans ce nouveau travail, le légendaire héros,
Encor confronté à une furieuse bête,
Maîtrise par la force un terrible taureau.
On voit que l’épisode aisément s’interprète
Faisant bien allusion au signe de même nom.
Cela fait penser à une autre métaphore :
L’animal monstrueux auquel Thésée fait front
En Crète justement, le fameux Minotaure.
Là encor, il s’agit d’un terrible combat
Du disciple contre sa nature inférieure.
Vaincre les appétits du taureau permettra
A l’homme d’accéder à la vie supérieure.

7. Les écuries d’Augias

Ensuite par le roi il se vit commander
D’accomplir un travail dans la région d’Élide4
Dont le monarque Augias en ces lieux possédait
Des troupeaux abondants, prospères et splendides.
Les chevaux et bovins étaient une passion
De ce roi disposant de bêtes par centaines.
Ses écuries, pourtant de vastes dimensions,
Comme ses étables décidément trop pleines,
N’étant plus nettoyées depuis au moins trente ans,
Ces lieux dégageaient une odeur nauséabonde
Provenant d’un fumier épais et dégoutant.
Nettoyer en un jour ces écuries immondes
Tel était le défi imposé au héros.
Hercule alors pratique une immense ouverture
A travers l’un des murs abritant les troupeaux
Et, pour laver l’endroit des infectes souillures,
D’un grand fleuve, l’Alphée, il détourne le cours,
Contraignant à passer à travers l’écurie
Les eaux de ce torrent. Ainsi en un seul jour
L’ingénieux demi-dieu mit fin à l’incurie.

Ce nouvel épisode évoque le Verseau
Les écuries souillées symbolisant en somme
Ce que nous devons tous purifier par les eaux :
Le subconscient impur résidant en tout homme.

 

4 Région nord-ouest du Péloponnèse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.